Presse

ausonia

lesoir
Le Soir – 09 novembre 2016

« Le claveciniste français jouera la carte de la diversité et de l’engagement. Ce Scarlatti n’est ni petit ni mignon. Quand il est élégant, c’est parce qu’il est racé mais il est aussi surprenant, inventif, querelleur, combatif, péremptoire. […] la verve italienne côtoie ici les fulgurances et arrogances espagnoles. »


1200px-La_Libre_Belgique_logo.svg
La Libre Belgique – critique disque Bach, Das Wohltemperirte Calvier II

« Ces pièces […] trouvent ici une chaleur, une spontanéité et même un lyrisme réjouissants.


record_award_thumbnail_17
Joker Crescendo – Bernard Postiau – Critique Disque Domenica Scarlatti

« Le Claveciniste français s’affranchit des contraintes pour laisser cours à une liberté de discours parfois étonnante. […] Accélération vertigineuses, pyrotechnies en tous genres, contrastes inouïs, vigueur du toucher […] contribuent à instiller un climat de fraîcheur et d’une imagination toujours intacte et surprenante. »


lesoir
Le Soir – 23 mai 2016 par Serge Martin

« Frédérick Haas cherche l’âme des clavecins »
« […] Une vraie ferveur mélodique dans ses mouvements lents. Entraîné par ses deux conducteurs, Mira Glodeanu au violon et Frédérick Haas au clavecin, l’Ausonia crée un événement. »


L'Echo_logo.svg
L’Echo – 7 mai 2016 par Stéphane Renard

« Le claveciniste Frédérick Haas et la violoniste Mira Glodeanu démontrent avec une intelligence rare que les concertos de Bach recèlent des trésors inexplorés. Éblouissement garanti. 


logoAnaclase
Castor et Pollux au Festival de Sablé-sur Sarthe – Monique Parmentier pour Anaclase

[….]une version de concert de Castor et Pollux de Jean-Philippe Rameau, donnée par l’ensemble belge Ausonia. Ce soir, Frédérick Haas en propose une exécution concentrée qui tient compte aussi bien des différentes versions existantes que de l’envie de faire découvrir la grâce absolue d’une oeuvre dont il parle comme peu savent le faire.

Et quelle merveille que sa vision où les couleurs de l’orchestre ramiste se révèlent aussi ardentes que les passions humaines ! […] Les musiciens font varier les climats avec fougue. Leur bonheur permet aux chanteurs de laisser rayonner leur talent. On sent une vraie complicité entre eux, magnifiant texte et musique dont émane la sublime beauté. […]

La mise en espace de Tami Troman et les lumières de Nathalie Perrier réalisent, avec peu de moyens, un spectacle onirique dont la poésie est un véritable enchantement. Castor et Pollux redevient alors l’opéra où chantent les rêves les plus fous.


le-monde-logo
Le Monde – Renaud Machard (Concert ~ Festival de Sablé ~ 26 août, 2010)

« Rameau par Ausonia : aussi bien en vrai qu’en disque »

« … un disque, stupéfiant d’imagination, de couleurs, de détails subtils. On est tombé de notre chaise, on s’est relevé et l’on a chroniqué ce disque (Le Monde du 2 mars 2009), puis on l’a sélectionné parmi nos cinq enregistrements préférés de 2009.

Il y a, entre ces jeunes musiciens, une sorte d’extraordinaire relais de responsabilité artistique. La transmission des influx se fait via le premier violon, Mira Glodeanu (éblouissante d’autorité, de musicalité, d’aise)… tout est exact, coulé dans la même respiration.

Ces musiciens ont tout compris du génie à la fois hirsute et corseté de Rameau… on ne peut que succomber à la force d’une intelligence et d’une sensibilité aussi bien conjuguées ».


ClassicsTodayLOGO
Classics Today (Rameau CD)

« À la lecture de la notice comme à l’écoute de ce trésor, qui est d’ores et déjà à ranger parmi les disques de l’année, il est évident que chez Haas et ses musiciens les actes suivent la parole. Ce disque est un miracle de bout en bout »


classica
Classica – Vincent Borel (Rameau CD)

« Mon premier est inouï, mon second magique, mon troisième une allitération : mon tout est le Rameau le plus inventif qui soit »


le-monde-logo
Le Monde – Renaud Machard (Rameau CD)

Un texte de haute volée présente cet enregistrement singulier de moments extraits de deux tragédies lyriques somptueuses de Jean-Philippe Rameau. Frédérick Haas en est l’auteur inspiré. Mais le claveciniste ne fait pas partie de ceux qui pensent bien, mais ne savent incarner qu’imparfaitement leurs concepts et idées. Ce disque, qui fait fait entendre Rameau en version chambriste, est merveilleux de saveur (français d’époque reconstitué, prononcé par deux jeunes et bons chanteurs) et d’imagination poétique.


opera-magazine
Opéra magazine (Zélindor CD)

« Il est vrai que la réalisation musicale est de premier ordre. Ausonia bénéficie d’atouts majeurs : sonorité d’une rare densité ; couleurs profondes ; homogénéité telle que, sans forçage aucun, les dix instrumentistes sonnent comme vingt. La partition, pourtant riche, est saisie dans toutes ses dimensions. »


cadences
Cadences (Biber DVD)

« Les virtuoses d’Ausonia proposent en trois concerts une intégrale des Sonates du Rosaire, avec la participation absolument fascinante du danseur Nô Masato Matsuura. Le violon de Mira Glodeanu est ce qu’il y a de mieux dans le concert à l’ancienne, tout à fait à la hauteur de ce vertigineux parcours spirituel. »


diapason
Diapason (Francœur CD)

“Le style exubérant de Mira Glodeanu n’est jamais contraire à l’esprit des œuvres et de leur époque. Quant au soutien prolixe de l’ensemble Ausonia, il est tout simplement magnifique »


logo-lettre-du-musicien2
La lettre du musicien (Zélindor CD)

« Zélindor, roi des Silphes » a stupéfié par sa densité dramatique et sonore, impeccablement rendue par Ausonia et une exemplaire équipe de solistes »


Le Monde de la Musique (Bourgeois CD)

« Avec son sens approfondi, mais jamais exagéré, de l’expression rhétorique et de la théâtralité, Isabelle Desrochers présente avantageusement ces œuvres. Ausonia se montre un ensemble attentif et solide, aussi à l’aise dans l’accompagnement que dans les symphonies instrumentales »

 

Frédérick Haas

telerama_nouveau-logo
Télérama (Couperin CD)

“Toute la profondeur des pièces de clavecin excellemment interprétée.”
Frédérick Haas en est le nouveau héraut. Consacré aux deux derniers Livres de Couperin, le second volume de son anthologie réédite l’enchantement du premier (1). Aussi puissantes que déliées, appliquées sur un clavecin de 1751 d’une prodigalité sonore enivrante, les mains de Frédérick Haas excellent dans la virtuosité échevelée (La Linotte effarouchée) comme dans l’envoûtement narcotique (Les Pavots), ou la tendresse secrètement éplorée (Les Fauvettes plaintives). Une leçon que retient aussi le jeu aristocratique de Frédérick Haas. »


diapason
Diapason (d’Anglebert CD)

« Peut-on imaginer plus vibrant accord entre l’œuvre et l’interprète ? Pas une seconde d’ennui ou de monotonie à l’écoute de ce disque qui est une incontestable réussite. »


classica
Classica (Bach Suites CD)

“Bach nous apparaît épuré, facile, sans contrainte et tellement réinventé ! « 


Piano Magazine (Scarlatti CD)

« Une fois de plus, Frédérick Haas apporte un éclairage essentiel au répertoire qu’il touche, et nous livre un disque fascinant, aussi mûrement pensé qu’imaginatif. »


Répertoire (Scarlatti CD)

« Fulgurance, souplesse et carrure, voici les trois mots qui caractérisent cette interprétation haut de gamme ! »


resmusica-1024x352
ResMusica.com (Bach Sonates CD)

« Une nouvelle référence à retenir »

Mira Glodeanu

1200px-La_Libre_Belgique_logo.svg
La Libre Belgique (en concert, 24 fév. 2011)

“Mira Glodeanu : le feu et la grâce”
“Outre la beauté du son, chaud et pur, on notera la puissance mentale de la musicienne, abordant Biber avec la force de conviction qui transformera sa Passacaille en un espace-temps propre, mû par son inexorable pulsation autant que la folie de ses variations. Par opposition, la sonate de Pisendel prend les allures d’un délire improvisé, gigue et finale d’une virtuosité visionnaire.”


diapason
Diapason (Francœur CD)

“Mira Glodeanu prend ces pages à bras-le-corps ; elle exploite jusqu’à l’ivresse leurs ressources rythmiques. Emportée par une passion irrépressible, la violoniste roumaine exalte cette musique sans timidité ni empois salonard. Son style exubérant n’est jamais contraire à l’esprit des œuvres et de leur époque.”


diapason
Diapason (Francœur “Amans voulez-vous” CD)

“Quant à Mira Glodeanu, nous retrouvons intacts sa ferveur, sa sonorité âpre, son archet rustique, son sens aigu du climat aussi bien dans la stupeur des adagios que dans la joie des finales.”