Ausonia, un collectif musical & artistique

Sous l’impulsion de Frédérick Haas, Ausonia se structure en 2001 dès son premier disque, consacré à la redécouverte des sonates pour violon de Francœur, autour du claveciniste, de la violoniste Mira Glodeanu et du contrebassiste James Munro. Son ambition : donner un sens profond à l’interprétation, aujourd’hui, des musiques des XVIIe et XVIIIe siècles, retrouver une qualité et une intensité de jeu à plusieurs à la fois imprégné des sources et soulagé des automatismes.

Entre l’inventivité du continuo et la conduite éclairée du premier violon, l’ensemble instrumental évolue entre flexibilité et précision. Ausonia est un espace de liberté, où chacun, selon une direction donnée par Frédérick Haas en fonction du répertoire choisi, est invité à s’exprimer, à nourrir le travail collectif avec intensité, intuition et écoute de l’autre. Du temps de maturation vécu ensemble naît un riche partage d’expérience, généreusement transmis au public en concert ou au disque.

Cette singularité d’approche, applaudie dans les plus grandes salles et festivals dédiés à la musique baroque, embrasse un vaste champ d’exploration musical. La discographie d’Ausonia – aujourd’hui poursuivie sous le label Hitasura Productions – révèle une prédilection pour les musiques française et allemande, dont la richesse de langage aussi bien que les complémentarités sont particulièrement sensibles aux membres de l’ensemble. Un programme de musique pour la Passion conçu autour des Sonates du rosaire de Biber est à paraître en 2018.

Des collaborations atypiques avec le théâtre, comme celle de l’ensemble avec le danseur de théâtre Nō Masato Matsuura autour de Biber ou de Bach, viennent enrichir encore la réflexion et les propositions d’Ausonia afin de mettre en lumière la richesse et la plénitude de ceux dont le nom est célèbre mais la musique peu connue, et d’ouvrir de nouvelles portes à son questionnement fructueux de la musique baroque. Son approche de la musique de Rameau, poète, homme de théâtre et  génial visionnaire musical du XVIIIe siècle, a été l’un des points culminants de sa démarche de « révélateur », dont témoignent notamment un disque (2009) et une version inédite de Castor et Pollux (2011).

Ausonia bénéficie du soutien de la Communauté française de Belgique, de la Région Wallonne et de la commission Musique de l’agence Wallonie Bruxelles International.